La ballade de Narayama

La ballade de Narayama - Affiche 01La ballade de Narayama
de Shoei Imamura
(Japon – 1983 – 2h11 – Couleur – VOSTF)
Avec : Sumiko Sakamoto, Ken Ogata, Takejo Aki etc.

16/05/19 à 20h30 – 20/05/19 à 18h00

Orin, une vieille femme des montagnes du Shinshu, atteint l’âge fatidique de soixante-dix ans. Comme le veut la coutume, elle doit se rendre sur le sommet de Narayama pour être emportée par la mort. La sagesse de la vieille femme aura d’ici-là l’occasion de se manifester.

« En ce milieu du XIXe siècle, dans une région où sévit la famine, un village japonais vit dans le respect des croyances primitives. A l’approche des 70 ans, les vieillards sont conduits en haut de la montagne et abandonnés aux vautours. Bien qu’encore en pleine possession de ses facultés mentales et de ses forces physiques, la vieille Orin se prépare à se soumettre à la loi. Le secret de cette admirable, touchante héroïne, c’est sa force intérieure, un dépassement de soi qui rappelle la philosophie bouddhiste. Le secret du comportement des personnages qui l’entourent, c’est leur force de survie, leur perpétuelle activité. Cueillir, bêcher, semer. Capturer, manger, déféquer. Avaler : les hommes mangent des vers ou des truites, les reptiles des grenouilles ou des souris, les mantes religieuses leurs mâles. Et copuler : les hommes avec les femmes, les animaux avec les animaux, un homme avec un animal. Avaler, copuler : emboîter des corps les uns dans les autres. Des corps à la chaîne. Pour Imamura, les forces viennent d’en bas : du peuple, du sexe, de la terre, sans cesse fertilisée par les détritus, les excréments, le foetus abandonné qui se décompose dans les rizières. Les forces viennent aussi de la magie, des craintes, des superstitions. Voilà l’originalité de la démarche d’Imamura. Cet auteur audacieux, qui ne craint pas de parsemer ses films de notations surréalistes, rejette la société japonaise officielle, la société contemporaine. » (Nagel Miller)

Retour à la programmation du Ciné-club 2018/2019

Publicités