Persona

Persona - Affiche 01Persona
de Ingmar Bergman
(Suède – 1967 – 1h24 – Noir & Blanc – VOSTF)
Avec : Gunnar Björnstrand, Margaretha Krook, Bibi Andersson etc.

07/02/19 à 20h30 – 11/02/19 à 18h00

Les relations d’une actrice soudain frappée de mutisme et de son infirmière bavarde. Un processus d’osmose des personnalités va contribuer à la guérison de la comédienne, mais renforcera peut-être la solitude de l’infirmière.

« Une actrice de théâtre (Liv Ullmann) perd l’usage de la parole. Elle est envoyée en convalescence sur une île avec une infirmière, Alma (Bibi Andersson). Les deux femmes finissent par fusionner pour ne plus faire qu’une… Viscéral, impulsif, ce film est plein d’allusions à la thérapie jungienne. A commencer par le titre, Persona, et le prénom de la garde-malade, Alma. Pour le psychanalyste Carl Jung, la souffrance humaine vient du conflit entre le persona (le masque social) et l’alma (le subconscient)… Bergman adapte cette théorie aux années 1960, et la pousse à son paroxysme : le malheur des hommes viendrait en fait de l’absence de frontière entre le visible et l’invisible. Le cinéma ne peut pas combattre la folie du monde. Mais celle de l’artiste, oui. Seule lueur d’espoir de Persona : la création peut être salvatrice. Avec l’aide de ses deux comédiennes, stupéfiantes, Bergman avoue avoir fait acte de survie. « J’ai dit un jour que Persona m’avait sauvé. Ce n’était pas une exagération. Si je n’avais pas trouvé la force de faire ce film-là, j’aurais sans doute été un homme fini.  » (Marine Landrot – Télérama)

Retour à la programmation du Ciné-club 2018/2019

Publicités